Après le départ, il y a le retour...


Texte originalement publié sur la page Facebook de Diving Couple le 10 septembre 2015.


"Il y a 1 an jour pour jour, le cœur gros je disais bye à ma famille qui, les yeux mouillés, tentait de se montrer forte. Je quittais pour une aventure qui depuis longtemps m'interpellait. Une aventure de 8 mois qui, je l'espérais, m'aiderait à mieux comprendre la vie. Mon chum et moi, on laissait tout derrière. Nos emplois, condo, famille, amis et surtout, notre confort. Ne venant pas d'une famille de nomades, ce n’était pas très clair d'où venait ce besoin de tout quitter. Je le sentais, point. Allais-je trop m'ennuyer de mes proches? Allais-je être capable de vivre pendant plusieurs mois dans des conditions inférieures que le confort du Québec? Est-ce que mon couple tiendrait le coup? Des questions, j'en avais plein! Mais malgré tout, mon besoin de découvrir le monde et surtout de me découvrir, était plus fort.


C'est sur ces pensées que nous avons débuté nos vols. 25 heures plus tard, nous arrivions à notre première destination, Pékin. Le choc fut instantané. Les journées passent et on tente de s'adapter, de trouver nos points de repères et de se trouver une vitesse de croisière. Nos émotions sont mitigées entre les paysages époustouflants et le peuple chinois très froid. Dans une chambre miteuse de Hangzhou, quelqu’un nous fait sursauter en glissant sous la porte des « flyers » de prostitués. Ça y est, je veux rentrer chez moi!! Après un skype avec mes parents et une discussion avec mon chum, je me dis que ça pas de sens. J'ai travaillé trop fort pour abandonner après 2 semaines! On décide de raccourcir notre séjour en Chine et de se déplacer au Vietnam plus rapidement. La vie en a décidé autrement… on reste pris aux douanes chinoises. Notre visa vietnamien n'est valide que dans 3 jours. On nous abandonne donc en pleine nuit sur le bord d’une « track » de chemin de fer...


Le Vietnam est une bouffée d'air fraîche! Un peuple accueillant, de la bouffe qui réconforte et un sentiment de liberté commence à nous envahir. On le sent, on commence à être bien. On a trouvé nos petites habitudes dans cette aventure sans routine. Gab a le goût de préparer des petites vidéos récapitulatives. Ça nous fait du bien, on a l'impression de partager un bout de notre bonheur avec nos familles et amis. Oufff, ils ne nous ont pas oubliés!


On est H.E.U.R.E.U.X.


On fait nos premières plongées (on trippe!), on rencontre des gens, on se pousse hors de nos zones de confort, de plus en plus, jour après jour. On découvre le Cambodge, on tombe encore en amour. On fait un changement d’itinéraire : on s’en va en Thaïlande. On veut faire des plongées avancées dans un des plus beaux sites du monde. Une aventure en haute mer que nous n’oublierons jamais : un bateau, une douzaine de plongeurs, une tempête, des plongées extrêmement difficiles, des paniques sous l’eau, un mal de mer, des vomissements dans la poubelle mais surtout, un sentiment d’accomplissement une fois revenu sain et sauf sur la terre!


On continue avec le Sri Lanka. Coup de cœur total pour ce peuple qui nous accueille à bras ouverts. On atteint le summum du bien être. On est libre et amoureux. On se sent grandir. On sent notre esprit s’ouvrir. Chaque jour on prend le temps de se rappeler la chance qu’on a de vivre ça, ensemble. Chaque minute est savourée à sa pleine capacité. On s’ennuie de nos proches quand on y pense mais on vit tellement d’émotions fortes au quotidien qu’on finit par oublier qu’on est loin. Et il y a nos vidéos… Awww... Nos vidéos nous permettent de revivre les moments forts des dernières journées et de les partager avec les gens qu’on aime. En plus, on reçoit une vague d’amour à chaque publication. Oui nos vidéos jouent un rôle essentiel dans notre aventure.


Bye Sri Lanka, tu nous manques déjà. Bonjour Malaisie, bien excités de te rencontrer. Des premières journées beaucoup plus urbanisées. On ne se plaint pas de nos chambres propres sans bibittes, en-tout-cas! Mais où sont nos passeports? Et merde, on a perdu nos passeports. Vol d’urgence pour retourner à la capitale pour se rendre à l’ambassade canadienne. Ils vont nous aider, ça doit se régler bien vite en 2015 une perte de passeport?! Ben NON! Pire 2 semaines (et Noël!) de toute ma vie. On paye une pénalité, on achète un passeport temporaire, on achète un passeport régulier, on a besoin de nouveaux visas, la Malaisie nous traite d’immigrants illégaux et veut nous « renvoyer dans notre pays » mais nooon, SVP! Une amie vient nous rejoindre dans quelques jours, on ne peut pas retourner au Québec! Pire, mes petits frères ont ramassé tout leur petit change pendant des mois pour venir nous rejoindre, je ne peux pas les abandonner dans un pays inconnu pour leur 1er voyage d’envergure! Je pleure… Mon amie arrive et doit rester quelques jours seule. On finit par obtenir nos passeports temporaires et on va la rejoindre (pour lire notre péripétie complète, c'est ici).


Quel sentiment de revoir quelqu’un de ton « autre vie »! On profite de chaque instant et les journées sont parfaites...


On est É.P.A.N.O.U.I.S.


On est maintenant en Indonésie. En moins de 24 heures notre amie part et mes frères arrivent avec leurs copines. Les émotions se bousculent. Excitation, stress, amour, fierté… comme je suis contente de les voir! On est maintenant 6, ça change la routine ça! Mes parents sont émotionnels et nerveux… les avions qui arrêtent pas de « crasher » en Asie n’aident pas! On surf, on fait du snorkelling, on voit des animaux, on grimpe des volcans, on n’arrête pas 2 minutes! 2 semaines, ça passe vite… on leur dit bye le cœur gros!


Ça fait maintenant 5 mois qu’on est parti. Déjà! Le temps a passé vite. Le condo ne se vend pas… on n’a plus beaucoup d’argent. On ne pourra pas rester 8 mois. Il nous reste des économies pour un mois seulement. Ok, pas grave on a profité à fond de chaque journée et on fera de même pour ce dernier mois. On plonge, on grimpe des volcans, on visite des îles, on rencontre des gens. Ça passe encore trop vite! Ouff la fin approche, on achète nos billets. On va revenir au Québec pour de vrai! Un mélange de tristesse et d'excitation nous habitent. On verse quelques larmes…


Quel boost d’adrénaline un retour! On pleure, on rit, on reçoit pleins de câlins. On dirait qu’on est des vedettes! Les premiers jours sont chargés; tout le monde veut nous voir. On est sur un nuage! C’était beaucoup plus facile que je pensais revenir au Québec! (...)


La vie reprend son court. Il fait froid! On habite dans le sous-sol des parents à Gab. Gab n’a pas d’emploi et moi je dois reprendre ma compagnie en main. Notre condo vide, n’est toujours pas vendu. On n’a plus d’argent et on n’est plus des vedettes...


On ne plonge plus, on ne voit plus d’animaux, on ne jase plus avec des inconnus. On est un peu perdu… Heureusement, il reste nous. Il reste ce lien fort qui s’est créé pendant le voyage. On s’en rend compte. Comment s’est possible après 10 ans d’encore se rapprocher? Aucune idée, mais on le sent. On se tient les coudes en essayant de reprendre un semblant de vie. Les journées sont longues et stressantes. Allons-nous arrivé à se remettre sur pied?


Un vide se crée en moi. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi. Je pleure tout le temps. Pourtant, j’en ai profité à fond et j’étais d’accord à revenir au Québec! C’est quoi mon problème? Pourquoi je me sens autant intrus dans ma propre vie? Je ne suis tout de même pas parti 20 ans! J’ai l’impression que le train de la vie défile devant moi et je n’arrive pas à embarquer dedans. Je le regarde défiler à toute allure. On m’avait dont prévenu que le retour serait « rough », alors pas question de leur donner raison! Je garde le sourire et je m’oblige à aller bien… Je me mets de la pression, je n’ai PAS le droit de trouver ça difficile. "Tu savais dans quoi tu t’embarquais Jen, deal with it!"


Je n’arrive pas à regarder mes photos et vidéos de voyage. Ça ne me tente plus d’en parler. Ça fait trop mal. Les chansons de notre voyage jouent à la radio et je me surprends à pleurer… merde! Un jour, je tombe sur un article de Nomad Junkies. OMG! Oui, c’est ça! C’est comme ça que je me sens! Comment elle le sait? Il y a un clic dans ma tête. Je ne suis pas la seule. J’ai le droit de me sentir toute croche. J’AI LE DROIT. Tout va déjà mieux maintenant que je m’assume. Gab m’aide beaucoup. La vie aussi. On vend notre condo, Gab se trouve un emploi, et moi aussi, un nouvel emploi! Ça fait un grand bien. Du nouveau monde, un nouveau défi, de nouveaux stimulis. Ça va mieux mais il y a toujours un vide en dedans de moi. Un couteau me transperce le cœur si je repense au voyage. C’est comme si je réalisais que je ne pourrais jamais avoir les 2 en même temps : la Jen libre qui vit au gré du vent et la Jen organisée, proche de son monde ça cohabite pas ensemble. Je dois faire des choix!


La vie continue et les points de repères reviennent. J’ai embarqué un peu dans le train de la vie. On achète une maison et on finit par emménager dedans. C’est demandant un déménagement, mais ça fait du bien. Les semaines passent et on tente de se créer un nid d’amour. On y arrive, tranquillement pas vite…


Le 15 août 2015, je crois me rendre à la première d’un film. À la place, ma vie amoureuse des 10 dernières années défile devant moi. C’est gros de voir sa vie sur écran géant! Ça me rentre dedans à 100 milles à l’heure. Je suis forcée de revoir nos vidéos de voyage. Ça fait 4 mois que je les évite. Ça fait mal et du bien en même temps. Je vois un couple tellement heureux, amoureux et complice. "Allume la grande, c’est TON couple!" Et voilà, le clic final se fait. Je réalise la chance que j’ai. Je réalise que ça importe peu le pays ou l’aventure. Mon chum voulait me demander d’être la femme de sa vie mais il a fait beaucoup plus que ça. Il m’a ouvert les yeux…


Ce qui nous amène à aujourd’hui, 10 septembre 2015. Voilà maintenant 6 mois que nous sommes revenus. Un condo vendu, 2 nouveaux emplois, une nouvelle maison et surtout, plein d’amour. Je regarde en arrière et je suis pas mal fière. Fière d’avoir pris la décision de partir, fière d’avoir vécu mon aventure à fond, fière d’avoir « bucher » pour nous reconstruire une vie ici et surtout fière de mon couple.


Repartirons-nous? On verra ce que la vie nous réserve mais si c’est le cas, je me promets de me donner le droit de trouver ça dur à mon retour. Ça va rendre le tout moins dur…"



--­­> Tu apprécies mon témoignage? Pour m’encourager, tu peux tout simplement utiliser ce lien si tu as des items à acheter sur Amazon.

Merci à l'avance :)




#voyage #conseils #Asie #Malaisie #Indonésie #lesbluesduretour #SriLanka #aprèsvoyage

Voici d'autres articles qui pourraient t'intéresser:
Sea Turtle
Tea Pickers
Mountain Landscape
Tropical Island
Shoreline from Above
Baby Elephant
Fiords
Scenic Bike Ride
Rustic Beach Path
Peaks Above Clouds
Beach
Tucan
Coastline at Sunset

© Diving Couple 2017